• Ma tante Antoinette

    1 décembre 2009

    Un vrai personnage!

    Un cas, ma tante Antoinette, une vraie personnalité, un monument!
    Elle en a vu du pays, elle en a vécu des galères, et c'est sûrement ça qui lui donne la gnaque, la rage de vivre.
    J'aime bien quand elle raconte son passé, quel témoignage, on pourrait écrire un livre rien que sur sa vie.



    Ah! elle en a du caractère, pas toujours commode certes.
    On ne lui fait pas gober n'importe quoi, à ma tante Antoinette.
    Allez lui dire que la terre est ronde ou que des hommes ont mis les pieds sur la lune, elle n'y croit pas à "toutes ces c.. qu'ils disent à la télé..."


    Au fait, savez-vous quelle âge elle a?
    Vous ne le croirez pas!
    90 ans bientôt! Elle est née en Avril 1920
    Elle est encore bien, non?


    Et elle en est fière de son look! Surtout ne vous avisez pas d'arriver chez elle à l'improviste, alors qu'elle n'est pas encore coiffée ni pouponnée, vous ne lui feriez pas de pire affront.
    Mes enfants ont toujours aimé sa coiffure "à la western", cheveux attachés et retenus par une barrette en cuir traversée par une sorte d'épingle en bois.  En la décrivant comme ça, il me semble qu'elle a quelquechose d'Audrey Hepburn,non?



    Ma tante, dans toute son élégance.. la classe!

    Même si la vie ne lui a pas fait de cadeaux, elle a toujours gardé son envie de rire, de s'amuser. On en a vécu de bons moments chez elle quand on était gosses, dans sa petite maison de la Cressonnière, complètement paumée dans la cambrousse.On n'oubliera jamais.
                                                                                                                                                                     
    C'était pas le grand luxe, mais pour nous c'était le paradis: des prés pour s'ébattre, des arbres pour grimper, une petite rivière pour patauger, et derrière la maison une carrière avec des grottes qu'on trouvait mystérieuses. Et puis des animaux, chiens, chats, vaches, volaille et lapins, et même des chauves-souris et des rats dont on nourrissait les bébés au lait quand on avait la chance de trouver un nid...
      


     Et ma tante, elle, ne s'arrêtait jamais: les vaches à traire, le lait, la crème, le beurre... et le jardin, les conserves, les confitures... et la popotte, les gâteaux, il me semble que leur parfum me remonte aux narines quand j'en parle.

    D'ailleurs les bons petits plats, c'est toujours pour elle quelquechose de primordial. Et ce qui la rendra vraiment malheureuse, ce sera de ne plus recevoir dignement ses invités. Car elle aime toujours mettre les "p'tits plats dans les grands", comme on dit.   "Pour rester en forme, il faut bien se nourrir", se plait-elle à répéter, et il faut manger de bonnes choses, les légumes du jardin sans produits chimiques, la viande qui vient d'animaux eux-mêmes bien nourris et que l'on achète chez le boucher du coin. Et il faut prendre des tisanes de plantes, et non pas toutes ses saletés de médicaments qui vous font plus de mal que de bien...   

                                                                                                                           

      Là, elle avait à peu près 50 ans, dans sa petite maison de Vimoutiers, après la Cressonnière.
     
     



    Et là, c'est l'an dernier, à Argentan, moi je trouve que c'est toujours la même, toujours la tante Antoinette de mon enfance
    « Ma mèreMon décor provençal-Partie 1 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :